🎤 Interview partenaire (Éditions Ethen) : Sylvain Yardin

01/03/2019

 

Pouvez-vous vous présenter en tant qu’écrivain ?

J'ai découvert l'écriture quand j'étais en classe de 5e, j'ai écrit une pièce de théâtre. Puis des années plus tard, c'est la musique qui était devenue primordiale. J'ai  réalisé plus de 200 textes de chansons dont certains que j'ai interprétés sur scène lors de la période où j'étais chanteur. Puis, je me suis centré sur les évènements de la société. Le racisme, l'homophobie, le bien vivre ensemble, la tolérance...

 

Comment êtes-vous entrée dans le milieu littéraire ?

Je suis rentré dans le milieu littéraire grâce à mon métier. Je suis animateur d'atelier d'écriture agréé par l’Éducation Nationale. Je travaille dans toute la France et dans tous les établissements scolaires ou spécialisés.

 

Pouvez-vous nous présenter vos livres ?

Mes livres traitent principalement du regard sur la société comme j'ai pu le dire lors de la première question. Celui qui va paraître le mois prochain, traite surtout de l’handicap. J'ai de la chance par le biais de mon métier, de rencontrer des personnalités importantes comme Virginie Delalande, qui est la première avocate née de surdité à la naissance, qui a fait de son handicap sa force. Elle est la première personne à devenir avocate et qui aujourd'hui a créé sa propre fondation HandicapPower. J'ai également Sophie Cluzel, secrétaire d’État, chargée des personnes en situation de handicap qui préfacera le livre. 

 

Pouvez-vous nous parler, et présenter vos projets futurs ?

Je suis actuellement en train d'écrire mon premier roman qui parle d'une relation entre un psy et son client, qui vit depuis plusieurs mois des relations amoureuses entrainant des troubles psychologiques comme la bipolarité, pervers narcissique, hypersensibilité etc... Un livre qui me tient à cœur dont les premiers chapitres sont disponibles sur WattPad : "Victimus, les essais de l'amant".

 

Quelles sont vos motivations à écrire des histoires ?

Je vais être franc. La réalité du monde humain. 

Faire découvrir le bien-être et les biens faits de la lecture.

 

L’écriture, vous sert-elle de résilience ?

L'écriture est une forme d'exutoire. C'est essentiel de pouvoir s'exprimer autrement que les mots qui sortent de notre bouche. On a la chance d'avoir la possibilité de poser nos maux sur papier et de pouvoir transmettre nos émotions aux lecteurs.

 

Quelle est la question jamais entendue que vous rêveriez que l’on vous pose ? (Écrivez-la et répondez-y)

Surprenez moi :-)

 

Pensez-vous qu’écrire c’est vivre la réalité de son imagination ?

Tout dépend de l'auteur et de son inspiration au moment de l'écriture.

 

Quel est votre roman préféré ?

Il s'agit de "Acide sulfurique" de Amélie Nothomb. Acide sulfurique évoque un jeu télévisé d’un genre nouveau: Concentration.

Concentration est une émission télévisée fondée sur le principe des camps de concentration allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale. Des hommes et des femmes ont été enlevés arbitrairement puis faits prisonniers. Ils vivent dans un camp, dans des conditions inhumaines (insalubrité, malnutrition, déshumanisation) et sont soumis aux ordres de kapos, recrutés par les organisateurs de l’émission pour leur manque de subtilité. Les prisonniers travaillent dur toute la journée à la création d’un tunnel. Tout cela se fait sous l’oeil averti de plusieurs caméras et avec l’aval de milliers de téléspectateurs.

On suit en particulier quelques personnages : Pannonique (CKZ114), son camarade, ancien professeur d’histoire et amoureux plein d’admiration, EPJ327, mais également la kapo Zedna, sensible elle aussi à la beauté de Pannonique. Cette dernière est une figure de la résistance. Elle prendra des risques face aux caméras et partagera les carrés de chocolat donnés discrètement par Zedna avec ses camarades.

Les organisateurs de ce jeu sont présents à travers les grandes directives données mais restent anonymes. Même logique pour  les téléspectateurs qui, à plus d’un titre, feront l’émission mais dont aucun personnage ne ressort (c’est la masse dans toute son horreur). Enfin la presse est très représentée: différentes voix s’élèvent pour informer d’abord, s’étonner ensuite puis franchement condamner sans que cela ne change quoi que ce soit à l’audience. Quand celle-ci stagnera, les organisateurs auront l’idée de faire voter le public chargé d’éliminer deux candidats chaque jour. Face aux attentes d’ordre sexuel de Zedna, Pannonique trouve quelques subterfuges et parvient finalement à la convaincre d’agir héroïquement en sauvant la totalité des prisonners. La kapo intervient in extremis et menace de faire exploser les lieux grâce à un mélange concocté savamment à partir d’acide sulfurique. C’est à ce prix que le jeu cesse et que Zedna recouvre son humanité. D'ailleurs, j'ai un très bon souvenirs, car Amélie Nothomb a été récompensée lors du prix Alain Fournier en 1993 et en 2015, j'ai obtenu la 3e place de ce même prix sans y êtes informé de la participation au concours.

 

Votre pire souvenir lors d’une dédicace ?

Je me souviens lors d'une séance de dédicace, une lectrice est arrivée au stand, a commencé à prendre mon livre "Le bien vivre ensemble", étonnée et contente de ce projet, puis finalement voit le nom de la personne politique qui a préfacée celui-ci, le repose et me dit : "Vous tombez dans mon estime"... Euh à ce moment-là, on reste bouche-bée et on laisse la personne partir.

 

Quel est votre genre préféré lors de vos compositions ?

Les faits de société et la psychologie.

 

Qu’attendez-vous de vos ouvrages ? De vos lecteurs ?

De transmettre mes valeurs sur la société et son humanité.

Et concernant les lecteurs, j'espère qu'ils seront touchés par les thématiques que je traite et qu'un échange puissent s'instaurer dans les valeurs que je défends dans mes ouvrages et dans notre société.

 

Si vous deviez dire un mot pour vos lecteurs, quel serait-il ?

Merci.

Comment ne pas vous dire Merci

De vos ailleurs à mes ici.

Merci

Doux un si petit mot dit

Maudit, serait-il peut être ainsi

Si je me permettait de fuir.....

 

Ce sont les paroles d'une chanson que j'ai écrite et qui reflète tout l'importance du mot merci.

 

« Si tu ris d’un enfant différent, il rira avec toi, Parce que son innocence dépasse ton ignorance »

 

Please reload

June 13, 2019

Please reload