🎤 Interview : Nelly Topscher

29/03/2019

Pouvez-vous vous présenter en tant qu’écrivain ?

Je m’appelle Nelly Topscher, je suis née en 1974 à Montpellier. J’habite dans les Yvelines et je suis juriste en maison de justice et du droit. Je suis auteure de romances où le Droit est très souvent présent, mais femme de défi j’adore également sortir régulièrement de ma zone de confort.

J’apprécie aussi participer à des concours de nouvelles ou appels à textes courts. Écrire du court est, pour moi, le meilleur exercice d’écriture possible.

 

Comment êtes-vous entrée dans le milieu littéraire ?

Boulimique de lecture depuis mon plus jeune âge, je crois que j’ai toujours eu l’idée bien cachée dans mon cerveau d’écrire un jour. Des journaux intimes, aux rédactions en cours de français j’ai toujours aimé poser des mots sur des pages blanches.

Lors de mes stages d’étudiante en droit, j’ai vraiment eu l’envie d’écrire des romans reprenant un peu tout ce que je pouvais voir. Mes deux premières romances ont d’ailleurs été commencées à ce moment-là, pour finalement croupir dans un tiroir durant une vingtaine d’années.

C’est par hasard en 2017 en tombant sur un concours de nouvelles que je me suis vraiment remise à écrire et depuis c’est devenu un véritable besoin. J’ai d’abord retravaillé mes deux anciens romans, pour ensuite en créer d’autres.

 

Pouvez-vous nous présenter vos livres ?

Le premier « Retour vers l’amour »   relate l’histoire d’un commandant de police et d’une jeune veuve. Elle réapprendra à aimer avec lui et il affrontera avec elle ses propres démons. Il est le roman le plus personnel que j’ai écrit jusqu’à présent, car le flic existe vraiment et la plupart des scènes sont vraies.

Le deuxième «  Renaissance »est celui qui me tient le plus à cœur. J’ai voulu mettre en avant le combat de beaucoup de femmes victimes de violences sexuelles pour s’en sortir. Il est le roman le plus « juridique » écrit à ce jour. Là aussi de nombreuses scènes sont réelles.

Ma dernière sortie en date est une dark romance «  La part du diable ». Une histoire de tueurs à gages qui apprennent à aimer. Cette écriture fut un énorme défi, car j’ai opté pour la première personne et pour le présent, alors que je suis nettement plus portée sur le style narratif à la 3e personne et friande du passé simple.

Enfin deux mots sur le recueil de nouvelles écrit avec mon éditrice et amie sur le deuil périnatal. Un vrai écrit thérapeutique et un espoir que ces pages puissent aider les femmes qui ont vécu ce drame.

J’ai également d’autres nouvelles dans plusieurs recueils en collectifs.

 

Pouvez-vous nous parler, et présenter vos projets futurs ?

En 2019 sortira une romance en deux tomes où là encore le Droit sera présent, et qui se passe en partie à Montréal.

J’ai également écrit, après m’être lancé un nouveau challenge, une romance entre deux hommes plutôt dramatiques.

Enfin je planche actuellement sur l’écriture d’un thriller saupoudrée de romance. C’est un exercice très difficile. J’avoue en baver énormément, mais la tournure que prennent les premiers chapitres me laisse penser que je peux relever le défi.

 

Quelles sont vos motivations à écrire des histoires ?

Ma principale motivation est de me faire plaisir à écrire des histoires que je prendrais plaisir à lire en tant que lectrice. J’espère aussi faire rêver mes lecteurs. Mes romans ne se veulent pas parfaits. Ils sont à mon image et j’espère offrir une partie de moi à mes lectrices ou lecteurs.

 

L’écriture, vous sert-elle de résilience ?

Je trouve le mot un peu fort, mais il y a dans l’écriture un aspect thérapeutique indéniable. On a tous des traumatismes enfouis, des squelettes dans les placards.

J’ai fait le choix de donner à mes personnages féminins une partie de mes traits de caractère et du coup à me livrer à travers elles.

L’écriture fait simplement partie de mon nouvel équilibre. J’ose espérer que les combats que je décris souvent aident d’autres à rebondir.

 

Quelle est la question jamais entendue que vous rêveriez que l’on vous pose ? ( Écrivez-la et répondez-y )

Question : Que souhaitez-vous que les gens retiennent de vous en tant qu’auteure ?

Réponse : Que mes écrits me ressemblent et que mes histoires permettent aux gens de s’identifier et de s’évader

 

Pensez-vous qu’écrire c’est vivre la réalité de son imagination ?

Où s’arrête la réalité et où commence l’imagination !

La plupart de mes romans ont une base de réel. Mon imagination fait le reste, mais ce qui est imaginaire en moi peut être réel pour une autre personne, non ?

 

Quel est votre roman préféré ?

Il y en a tellement ! si je dois en citer deux je choisis « Le petit prince » de St Exupéry et « le Horla » de Maupassant.

 

Votre pire souvenir lors d’une dédicace ?

Je vous dirais peut-être ça après les salons que je fais en 2019. Je participerai à celui de Figeac en avril, puis de Pusignan en septembre et Mons en novembre. Aller à la rencontre des lecteurs est une chose qui m’enthousiasme autant qu’elle m’angoisse !

 

Quel est votre genre préféré lors de vos compositions ?

La romance évidemment. Jouer sur les émotions, les réactions des protagonistes sont vraiment ce que je préfère.

 

Qu’attendez-vous de vos ouvrages ? De vos lecteurs ?

J’attends de mes ouvrages qu’ils m’apportent une certaine sérénité. Écrire est mon refuge, cette bulle d’oxygène qui me fait me lever le matin et affronter le quotidien de la vie avec le sourire, car je sais que je réserverais un moment dans la journée ou soirée pour retrouver mes personnages.

De mes lecteurs j’attends des échanges, et qu’ils puissent s’évader un peu eux aussi de leur quotidien.

 

Si vous deviez dire un mot pour vos lecteurs, quel serait-il ?

Simplement merci d’être là, et ne pas hésiter à venir me parler sur les réseaux sociaux. J’adore échanger !

 

"Manu et Myriam appartiennent au même monde ; celui des cœurs remplis de colère et de violence...
Leur dieu : le whisky.
Leur famille : la Meute.
Leur mission : Tuer.
À sa sortie de prison, Manu, sans repères, devient tueur à gages pour une puissante organisation, La Meute.
Myriam, au lourd passé, survit le cœur empli de haine dans une vie qu’elle n’a pas choisie.
Leur rencontre dans un bar marquera la naissance du plus impitoyable duo qu’ait connu la Meute.
Que donnera la rencontre entre Manu et Myriam ? Répondez-vous aussi à l’appel du loup et plongez dans l’univers de ce couple hors du commun !"

Please reload

5c01f77dc43d80e6b4e0543afed60280.png

June 13, 2019

Please reload

Please reload