📖 Le néandertalien d'Altamura

24/02/2019

 

LE NÉANDERTALIEN D'ALTAMURA, tombé dans le puits d’une grotte il y a 150.000 ans, a conservé son ADN

Il y a 150 000 ans, un homme est tombé dans le puits d’une grotte… C’est ainsi que l’Homme d’Altamura (Italie) est devenu le plus ancien Néandertalien à avoir son ADN extrait par des chercheurs. Il leur a fallu plus de 20 ans pour y parvenir.
On a eu connaissance de son existence en 1993, lorsque des spéléologues ont découvert un crâne dans la profonde caverne Lamalonga. Ce crâne intact et d'autres os représentaient un grand spécimen, mais étaient coincés par les concrétions stalagmitiques. Aussi les chercheurs ont-ils décidé de ne pas extraire les os de peur les abimer.
L’analyse de la calcite a montré cependant que ces os étaient âgés de 128 000 à 187 000 ans. L’Homme d’Altamura est sans doute mort de faim après être tombé dans le puits de cette grotte.
Il y a quelques années des chercheurs ont extrait une petite partie de son omoplate droite. La datation de l’échantillon a confirmé celle de la calcite.
Et puis les résultats des analyses ont indiqué aussi la présence d’ADN qui pourrait permettre d’en savoir plus sur l’évolution des hominidés.

(sources :  François.P & Archeologie - revue de presse archeologique)

 

 

 

C'est ce qui s'est passé en 1993, dans la grotte de Lamalunga près d'Altamura située en Italie. En réalité, vous faites face à l'homme d'Altamura, un homme de Néanderthal qui, en pleine chasse au mammouth, est tombé dans ce gouffre puis, piégé, est mort de faim. Le squelette a été recouvert par une couche de calcite provenant du ruissellement des eaux de la grotte. C'est pourquoi il est extrêmement bien conservé. Les chercheurs ont laissé le corps dans la paroi de la grotte et ont effectué une datation. Celle-ci a déterminé que le squelette est âgé entre 130 000 et 182 000 ans. D'après les analyses de son ADN, les chercheurs sont formels, l'homme d'Altamura est un néandertalien, certainement le plus ancien de l'histoire !

 

 

L'Homme d'Altamura est le nom donné à un squelette fossile d'Homme de Néandertal découvert en 1993 dans la grotte de Lamalunga, près de la ville d'Altamura, dans les Pouilles au sud de l'Italie. Remarquablement bien conservé mais enchâssé dans les concrétions calcaires qui ont recouvert le squelette au fil du temps, le fossile a été laissé in situ pour ne pas risquer de l'endommager lors de l'extraction. Pendant plus de 20 ans, les études n'ont pu être que visuelles, ce qui n'a pas permis de proposer une datation fiable du fossile. Ce n'est qu'en 2015 qu'un fragment d'omoplate a pu être extrait et donner lieu à une étude approfondie, permettant de dater le fossile et de confirmer son attribution à l'espèce Homo neanderthalensis par l'analyse de son ADN.

L'Homme d'Altamura est le squelette néandertalien le plus complet découvert à ce jour dans le monde.

Le fossile fut découvert en octobre 1993 dans la grotte de Lamalunga par des spéléologues italiens. En explorant la grotte, ils tombèrent sur un puits d'effondrement de 10 m de haut débouchant sur un tunnel d'environ 60 m de long, dans lequel ils découvrirent un crâne émergeant à peine des dépôts de calcite s'étant accumulés sur le sol au fil du temps, dus au ruissellement des eaux chargées en calcaire.

Il est probable que l'individu soit tombé à travers le puits d'effondrement, se soit blessé et se soit retrouvé bloqué dans la grotte. Préservé de toute dispersion par des prédateurs, puis protégé par la couche de calcite qui s'est déposée progressivement, le squelette a ainsi pu nous parvenir dans un remarquable état de conservation.

Le squelette appartient à un sujet masculin âgé d'environ 35 ans à son décès.
Les traits de son visage l'ont rapidement fait rapprocher des néandertaliens.

 

La grotte de Lamalunga surplombe la doline d'Altamura

 

Néandertal en Italie… 100 000 ans plus tôt que prévu !
La présence de Néandertal dans la péninsule italienne était connue, mais une nouvelle datation montre son arrivée il y a 250 000 ans.

 

En 1929, puis en 1935, les archéologues avaient mis au jour successivement deux crânes de Néandertaliens sur le site de Saccopastore (Latium). Les crânes étaient bien sûr enfouis dans des sédiments. Les chercheurs avaient estimé, d'après la stratigraphie, que ces fossiles néandertaliens dataient de -150 000 ans, ce qui ne correspondait pas avec les outils retrouvés en liaison avec les crânes. Les artefacts de pierre semblaient donc plus anciens que les restes humains. 

Nouvelle étude
Pour lever les doutes et mieux comprendre la chronologie de l'arrivée de Néandertal en Italie, une nouvelle datation s'imposait. Une équipe internationale constituée de géologues de l'Institut italien Géophysique et Volcanologie pour (INGV), de paléontologues et d'anthropologues de l'Université La Sapienza de Rome, et l'Université de Wisconsin-Madison aux États-Unis, a donc réexaminé les fossiles ainsi que les sédiments accumulés à l'intérieur des crânes.
L'équipe a procédé à l'analyse des dépôts radioactifs retrouvés dans les sédiments issus des boîtes crâniennes. Les sédiments n'avaient donc pu rentrer à cet endroit qu'après le décès des Néandertaliens. Cette nouvelle datation a repoussé les fossiles de 100 000 ans en arrière, soit il y a 250 000 ans ! Cette nouvelle étude sera publiée dans la revue Quaternary Science Reviews.

Une chronologie bouleversée
Le crâne découvert en 1993 dans la grotte des Pouilles, à Altamura, qui venait d'être daté de - 187 000 ans vient donc de perdre le titre du « plus anciens Néandertalien de la botte italienne… ». Les Homo néanderthalensis de Saccopastore sont, de fait, les plus vieux conquérants de ce qui est maintenant l'Italie.   
Néandertal est arrivé en Italie au moins il y a 250 000 ans. Pour Fabrizio Marra (INGV) « ces résultats modifient les modèles de dispersion des proto-humains à travers l'Europe, mettant l'arrivée de l'homme de Néandertal en Italie à peu près en même temps que son arrivée en Europe centrale."
Là où l'on pensait que la progression de Néandertal en Eurasie avait été longue, on découvre au contraire un Néandertal conquérant, se diffusant rapidement sur l'ensemble du continent, de la côte de la mer Noire, en Russie, à la côte Atlantique, en Espagne.

(Source : hominides.com)

 

Please reload

5c01f77dc43d80e6b4e0543afed60280.png

June 13, 2019

Please reload

Please reload