Interview : Lielie Sellier

11/11/2018

Pouvez-vous vous présenter en tant qu’écrivain ?

Je vis à Paris de mon enfance bercée par la lecture de contes et d’histoires, j’ai gardé la tête dans les nuages. J’écris depuis l’enfance. L’écriture est un souffle, qui m’est nécessaire. Vagabonde au gré de mon imaginaire, je crée des personnages simples qui s’échappent de l’ordinaire, se métamorphosent au cours de rencontres qui bouleversent leurs vies. Mes sources d’inspiration : Raymond Carver, Joyce Carol Oates, Jim Harisson. J’aime photographier mentalement l’instant présent, les couleurs, capter, saisir des moments de vies pour les coucher dans mes pages. Les thèmes abordés dans mes romans sont l’acceptation des différences, de la diversité, l’amitié, l’amour, les changements de vies, les rapports entre humains et animaux, les liens entre le monde des vivants et des morts, la résilience. J’ai publié des fictions courtes, des articles, des nouvelles, des romances pour la presse féminine sous différents pseudonymes avant de  publier deux romans et un recueil de nouvelles : Rejoins-nous, Danse la vie et un recueil de nouvelles : Frères d’âmes. J’ai fini l’écriture d’un  roman, je suis actuellement en relecture. J’ai commencé en parallèle l’écriture d’un nouveau roman.

 

Comment êtes-vous entrée dans le milieu littéraire ?

Par mon roman Rejoins-nous qui a d’abord été publié par une petite maison d’édition. Et ensuite que j’ai repris en auteure indépendante.

 

Pouvez-vous nous présenter vos livres ?

Rejoins-nous paru en 2016

Genre : roman

L’histoire d’une petite fille entre ciel et terre

La vie peut donner une deuxième chance, une nouvelle vie réinventée.

 

Danse la vie paru en 2017

Genre : roman  Feel Good

Résumé :

Jones et Camélia, Avery et Eileen, Karl et Alicia, Pia et Milo sont les couples puissamment romanesques de cette saga intemporelle qui évolue entre le monde du cirque, au travers du cirque Zyla et celui du cheval, via une hacienda révolutionnaire en Argentine, construite et gérée par le père d’Alicia dans laquelle tous, indiens, voyageurs, touristes, citoyens du monde et expatriés, ont leur place pourvu qu’ils s’ouvrent aux autres et aiment les chevaux. En fil rouge de cette saga existentielle, cette chevalière drapée de symboles forts, courage, honnêteté, loyauté que les responsables du cirque confient aux disciples de leur choix pour continuer leur action, Ne cherchons pas de réalisme dans cette fresque universaliste qui cultive le respect du monde animal comme celui des humains. Lielie Sellier nous la fait vivre avec fièvre et passion comme autant de preuves d’amour pour ces personnages qu’elle a ciselés d’une plume délicate et précise, poétique et humaniste au sein d’une histoire documentée et fidèle à l’époque. Elle nous introduit dans ce monde du cirque où l’animal est un compagnon, aimé et respecté, dans celui de ces humains sans patrie ou dévastés par des événements violents, tel Ghost, par exemple, un indien chamane qui pratique une médecine des plantes de la prairie et soigne les animaux et les âmes de ses pairs. Le monde que nous décrit l’auteur est au carrefour de l’amour et du fantastique, ente la terre et les étoiles vers lesquelles convergent ces héros et héroïnes qui continuent, au-delà de la mort à veiller sur les leurs.

Frères d’âmes paru en 2018

Genre : recueil de nouvelles

Résumé : Quinze nouvelles porteuses de messages empreints d’amitié, de partage, de respect entre humains et animaux.

Des nouvelles messagères d’espoir où les animaux sont présentés comme des individus et non comme des biens, de la nourriture ou des ennemis. Les modes de communication entre humains et animaux sont mis en évidence, en lumière. Les nouvelles sont racontées du point de vue des animaux. Ils échangent, ils interpellent. Des loups, des chats, une tortue, une coccinelle, un renard, un oiseau, des chiens nous parlent à travers les différentes nouvelles.

 

Pouvez-vous nous parler, et présenter vos projets futurs ?

Je viens de terminer l’écriture d’un nouveau roman. Je vais entamer un travail de relecture et réécriture, puis un travail de collaboration pour ma première de couverture et texte de ma quatrième de couverture. Dans ce nouveau roman, j’aborde mes thèmes fétiches : la liberté, la solidarité, l'espérance, les rencontres qui bouleversent les vies et changent les destins, la protection de la planète et des animaux. Une saga qui m'a permis d'aborder différentes périodes de notre histoire collective. 

Je lève un petit peu le voile, les personnages principaux sont la mer et une île. Un roman différent du précédent très ancré dans notre époque. Un roman porteur de paix, d'espérance, où la rêverie, les actions collectives permettent d'espérer et de  dessiner l'esquisse d'un monde meilleur

 

J’ai commencé l’écriture d’un nouveau roman, et d’une nouvelle destinée à un recueil de nouvelles collectif.

Je participerai en 2019 au salon du livre sur le stand d’Indylicious groupe d’auteurs indépendants.

 

Quelles sont vos motivations à écrire des histoires ?

Porter des messages de paix,  ouvrir des portes sur d’autres possibles

 

L’écriture, vous sert-elle de résilience ?

L’écriture a toujours été présente dans ma vie. Elle m’accompagne, fait corps avec moi. Je ne parlerai pas de résilience. Je dirai qu’elle est pour moi un espace de liberté immense, une source de bien être, un souffle come le Pilates ou les longues marches que je pratique. Elle occupe une grande place dans mon équilibre personnel.

Je partage cette citation : « Le mot est liberté. »

 

Quelle est la question jamais entendue que vous rêveriez que l’on vous pose ? (Écrivez-la et répondez-y)

Pourquoi l’écriture ?

Parce que l’écriture est transmission, elle est une invitation au voyage, elle est éveil, témoin du temps qui passe.

 

Pensez-vous qu’écrire c’est vivre la réalité de son imagination ?

Oui écrire me permet de traduire en mots les échappées de mon imagination.

 

Quel est votre roman préféré ?

Mélodie d’Akira Mizubayashi, un livre qui m’a émue, j’ai aimé la plume délicate de l’auteur.

Un livre que je garde toujours près de moi.

 

Votre pire souvenir lors d’une dédicace ?

Je n’en ai pas vraiment, j’essaie toujours de trouver une dédicace ciblée à la personne que l’on m’a décrite s’il s’agit d’un cadeau pour une autre personne ou  correspondant à ce que j‘ai perçu en parlant avec le lecteur ou lectrice en face de moi.

Quel est votre genre préféré lors de vos compositions ?

Deux formats différents : les nouvelles car récit court avec une chute originale  et peu de personnages, il faut donc aller à l’essentiel. J’ai écrit pendant longtemps des nouvelles pour leurs formats  courts.

L’autre genre est le roman, je peux y développer plus de personnages et y délivrer plus de messages.

 

Qu’attendez-vous de vos ouvrages ? De vos lecteurs ?

J’attends que mes ouvrages soient des fenêtres comme je l’ai dit précédemment vers d’autres possibles, sortir des sentiers battus, suggèrent d’autres angles de vues sur des divers sujets tels que la différence, les autres cultures. Qu’ils permettent de s’évader.

De mes lecteurs, j’attends des échanges, des partages après la lecture de mes livres. je suis ouverte à tout commentaire.

 

Si vous deviez dire un mot pour vos lecteurs, quel serait-il ?

Merci

 

Lielie participe au marché de l'auto-édition le 18 novembre prochain

 

 

 

Please reload

June 13, 2019

Please reload

Please reload