Rampage

06/08/2018

 Davis Okoye est un primatologue qui préfère se tenir à l'écart des hommes. Il partage un lien inébranlable avec George, un gorille albinos extraordinairement intelligent, qu'il côtoie depuis la naissance de l'animal. Leur relation va cependant être perturbée par une expérience génétique ratée (CRISPR) qui transforme George en un monstre furieux. Deux autres prédateurs (un loup et un crocodile) ont également subi les modifications génétiques. Ces créatures vont alors tout ravager sur leur passage dans la ville de Chicago. Davis va alors faire équipe avec un ingénieur génétique pour administrer un antidote aux animaux. Il va tenter d'arrêter cette catastrophe mondiale en essayant de sauver George.

 

Et de trois pour Brad Peyton et Dwayne Johnson qui ne semble pas se lasser de multiplier les collaborations (un San Andreas 2 étant déjà en préparation).

 

Un réalisateur qui a su habilement se servir de sa star pour voiler la médiocrité de ses films. San Andreas était un film décérébré est mal branlé à peine sauvé par son côté nanardesque jubilatoire et l'aura de Johnson tandis qu'avant ça Journey 2: The Mysterious Island était un film d'aventure peu inspiré et très con. Malheureusement, c'est ce dernier qui a un peu servi de modèle au renouveau de la filmographie de The Rock, il suffit de voir les similitudes entre ce dernier et le "nouveau" Jumanji tout comme il est le fondateur de la marque The Rock. Fonds vert criards pour scènes d'actions peu inspirés, humour bienveillant au service d'un héros vertueux et une aventure sans mordant. C'est ça désormais le cinéma de Dwayne Johnson et c'est sans surprise que ce Rampage vient patauger dans tout cela.

Dwayne Johnson l'a lui-même annoncé, si il a accepté de jouer dans ce Rampage c'est au pris d'un changement de scénario pour une fin plus sympathique et moins "sombre". Il a un accord avec son public, celui de leur offrir un divertissement jovial et qui refuse toute émotion autre que la bonne humeur en fin de parcours. Une chose qui finit donc par faire ressembler tout ces films les uns aux autres où plus aucune prise de risque n'est prise. Si désormais on va voir un film de Dwayne Johnson, on aura à peu de choses près le décalque du précédent, un cahier des charges respecté scrupuleusement. En vient donc le constat de ce Rampage, le principal défaut du film est sa star elle-même. Depuis un certain temps, Dwayne Johnson ne fait des films qu'à la gloire de sa stature, des œuvres d'égo qui n'ont plus grand chose à offrir. On retrouve l'archétype de ses héros, un personnage lisse et adulé par sa prestance de mal alpha qui fait craquer les filles mais se refuse à elle par pur vision vertueuse. Le personnage est au dessus des simples considérations humaines et s'impose comme un être sans faille paré à toute éventualité. Il sait se battre mais le fait toujours pour le bien, il pilote toute sorte de véhicule et sauve toute les situations en toute circonstances. Un individu qui dès son introduction ne peut pas perdre.

A partir de là, le film est joué. Suivant un récit souvent débile, notamment à travers ses personnages caricaturaux à l'extrême, mais pris par un sérieux quasi papal ce qui empêche toute fulgurances nanardesques. Car malgré tout, le film arrive à éviter les situations les plus délirantes et s'impose par un "réalisme" de toute circonstance. Seul l'agent de la CIA un brin loufoque avec son attitude de cowboy à la cool arrive à tendre un peu vers le ridicule. Les méchants sont pas assez extravagants pour prêter à rire et tombe même à plat tout comme un humour prétexte qui donne beaucoup trop l'impression de faire partie d'un cahier des charges car il n'intervient que vers le début et lors de la conclusion. Tout ça pour une intrigue qui s'avère prévisible et qui ne prend guère de risque même si il faut reconnaître que l'on n'est pas là pour ça. Mais on regrette que l'ensemble reste finalement trop sage alors qu'il y avait vraiment l'opportunité d'offrir un divertissement over the top régressif et totalement délirant. Après le casting s'en sort bien, ils sont limités par des personnages très stéréotypés mais Dwayne Johnson s'amuse visiblement comme un petit fou tout comme un Jeffrey Dean Morgan en roue libre qui s'avère assez jubilatoire.

Du coup, la plus gros surprise viendra de Brad Peyton. Même si on le sent souvent limité par sa star, devant constamment la mettre en valeur se qui desserre un climax qui se focalise plus sur Dwayne Johnson que sur l'action en elle-même. Néanmoins, on note un très léger mieux dans sa réalisation. Beaucoup plus brutal que par le passé, il offre des scènes d'actions spectaculaires et bien plus frontales et violentes qu'on aurait pu l'espérer. Le tout tenu par un rythme sans faille, on sent qu'il est inspiré par ces gros monstres et leur fait souvent honneur par sa mise en scène efficace et percutante. Il néglige un peu trop souvent la mise en échelle et le tout manque de gigantisme mais la frénésie est bien là et fait agréablement son œuvre. De son intro sous tension à la prise d'assaut d'une ville par les monstres en passant par une scène de combat en avion assez impressionnante, il offre un spectacle hautement divertissant et maîtrisé. Dommage que le budget vient ensuite à manquer et qu'il tombe dans un climax visuellement hideux. Fonds vert dégueulasses sur un Dwayne Johnson mal incrusté, la qualité visuelle baisse drastiquement pour une séquence qui achève le film en pétard mouillé. Que ce soit dans sa réalisation que dans ses choix narratives douteux.

Rampage est sans aucun doute le meilleur film du duo Brad Peyton/Dwayne Johnson. Là où The Rock multiplie les mêmes choses qui font son cinéma sans la moindre once de renouvellement ce qui handicap très sérieusement le récit et la réalisation. Brad Peyton lui, montre une envie d’asseoir un cinéma plus brut et spectaculaire. Et ce point fonctionne, même si il est loin d'être parfait en raison d'un budget trop serré ou un traitement un peu générique (pas de mise en échelle pour un film de gros monstre c'est léger en 2018) tout comme il se laisse trop vampirisé par sa star. Mais au moins on a un résultat qui ressemble à un film et non à un amas sans queue ni tête de situations rocambolesques. Malgré ses nombreux défauts, entre l'humour qui tombe à plat, la formule Johnson à bout de souffle et son absence de prise de risque dans un récit trop sage, Rampage s'impose quand même comme un film divertissant et spectaculaire qui remplit au moins une partie de sa promesse.

 

Please reload

June 13, 2019

Please reload