Extinction (2015)

05/08/2018

 Les humains sont infectés par des zombies. Deux hommes une femme et sa petite fille survivent tant bien que mal. Quelques années plus tard, la Terre semble condamnée à un hiver perpétuel, la petite fille est une pré-adolescente, sa mère est morte et elle ne se souvient pas l'avoir connue. Les deux hommes ne s'adressent plus la parole, bien que vivant dans deux maisons voisines, et le récit reconstitue peu à peu leur histoire et les raisons de leur brouille, alors que les zombies, que l'on croyait avoir disparu, refont surface, sous une nouvelle forme : ils ont des griffes, des dents acérées, ne craignent pas le froid mais sont désormais aveugles et, apparemment, non-contagieux.

 

Agréable petite surprise que ce film. Bien que situé dans un monde post invasion zombiesque, ce n'est pas un survival effréné. Bien que mettant l'accent sur les psychés des protagonistes et leurs interactions, somme toutes plus nombreuses que leurs isolements (au pluriel, oui oui) ne le laisse deviner, il évite l'effet somnifère trop souvent observé dans le genre.
L'écriture est fluide, sans les incohérences habituelles du genre (bien que quelques ellipses donnent un côté expédié à certaines idées qui auraient mérité (selon moi) un meilleur traitement). On s'attache rapidement aux personnages, malgré le flou (volontaire, longuement entretenu et savamment dé-flouté par petites touches au fur et à mesure qu'on avance) de leurs relations.
La réalisation est assez basique, mais pas moins efficace pour autant. Deux reproches pourraient être faits : d'une part l'aspect incroyablement sombre des scènes nocturnes, mais quelques effets stylistiques bienvenus (mais de nos jours très classiques, eux aussi) disséminés ici et là atténuent ce premier point négatif; d'autre part le ratage quasi complet de la scène d'introduction (heureusement que le reste du film ne lui ressemble en rien), avec des mouvements pseudo-chaotique des caméras censés donner un air d'urgence, de panique, de catastrophe, de j'sais-pas-trop-quoi... mais qui ne donne en fait qu'une impression très forte d'amateurisme. Bien que le côté "noir c'est noir" puisse s'expliquer par un budget serré, les raisons du plantage intégral de la première scène m'échappent.
Côté fx, c'est bien fichu. Là encore la tendance générale est à l'économie, mais le résultat est crédible (à défaut d'être époustouflant).
Les acteurs sont bons malgré les nombreux raccourcis scénaristiques. Matthew Fox (enfin revenu de son île), arrive à tenir son personnage, bien qu'il soit (de loin) le plus haché menu par les ellipses sus-mentionnées.

Petite production sans prétention... ce qui est dommage. Quitte à s'exposer aux critiques des fans de films survitaminés en faisant un film de zombies demandant aux spectateurs d'être équipés d'un minimum de neurones, il aurait été intéressant d'aller jusqu'au bout de la démarche plutôt que d'asséner au scénario tous ces coups de sécateur... (je reconnais que si ça avait été le cas, j'en aurais sûrement dit du mal quand même).
Quoiqu'il en soit, reste un bon film, intelligent sans être chiant, bien fait sans être tape-à-l’œil.

 

 

 

Please reload

June 13, 2019

Please reload